Mieux connaître ses valeurs et celles des autres pour mieux être en relation avec les autres.

La communication ne se limite pas à l’usage des mots et il a été établi par les travaux d’Albert Mehrabian que le verbal (la signification des mots) représenterait 7% de de la communication, 38% le vocal (intonation et son de la voix) et 57% visuel (expression du visage et langage corporel). Si ces proportions sont discutables, il n’en demeure pas moins vrai que les mots prennent tout leur sens en fonction de l’intonation et des gestes et mimiques qui les accompagnent.

 De manière explicite, à la maison puis plus tard à l’école, nous apprenons l’usage des mots pour communiquer avec les autres, et nous enrichissons notre vocabulaire tout au long de notre existence. De manière implicite, nous développons les intonations, les gestes qui accompagnent ces mots en fonction des situations dans lesquelles nous les employons.

Chacun d’entre nous « colore » chaque mot, intonation, geste … en fonction de son vécu, ses croyances et ses valeurs aussi bien quand il en est l’émetteur que lorsqu’il les reçoit.

Cette réalité, explique pourquoi, face à un même message, la réaction de deux individus pourra être différente.

Dans un contexte professionnel, un message délivré avec « autorité » par un manager, pourra chez un collaborateur l’inciter à exécuter rapidement la tâche demandée dans ce message, car il y identifiera un caractère prioritaire et que la valeur « obéissance » est importante pour lui, et pourra chez un autre collaborateur éveiller de la résistance, et l’amener à traîner des pieds pour réaliser cette tâche ressentant une atteinte à sa valeur « liberté ».

On touche ici à la richesse de la nature humaine et à la complexité qui l’accompagne.

Les conséquences liées à l’exemple pris ci-dessus, se trouveront dans tous les domaines de la vie, soit les domaines professionnel, familial, amical, associatif, … ce qui renforce l’intérêt de maîtriser l’influence de ses valeurs et de celles des autres dans la communication.

En se référant au proverbe « on n’est jamais si bien servi que par soi-même », connaître les valeurs importantes pour soi et nos réactions quand on ne les sent pas respectées, semble être le premier pas pour aller vers des relations interpersonnelles de qualité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s